Réchauffement climatique

6 - À mon humble avis

(Décembre 2019)

Mais le taux de CO2 a bien augmenté ces dernières décennies, et la température avec ...
Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les relevés officiels : voici celui du CO2

au-dessus duquel j’ai superposé la courbe des anomalies de température du §1

et c’est clair, elles vont bien dans le même sens, mais pas à cause de l’augmentation d’un imaginaire effet de serre lié au taux de CO2 de l’atmosphère (ce n’est pas une preuve, mais vous voyez qu’entre 1955 et 1975 la température est restée stable alors que le taux de CO2 n’a cessé de croître).

La puissance totale du rayonnement solaire entrant dans le système sol-atmosphère-océan (source wikipedia) est estimée à 174 pétawatts (174.000 TW - pour mémoire 1 TW = 1 million de MW).

Une petite partie de la puissance du rayonnement solaire qui atteint la surface (80% de 174.000 TW = 139.200 TW) est récupérée par l’ensemble des activités de photosynthèse des végétaux et du phytoplancton, et stockée dans les liaisons moléculaires des composés carbonés. Cette puissance est évaluée à 130 TW (source wikipedia), donc négligeable face aux 139.200 TW incidents.
56% de la puissance du rayonnement solaire entrant se transforme en chaleur à évacuer par l’atmosphère : 20% proviennent du rayonnement solaire (20% de 174.000 TW = 34.800 TW) et 36% du rayonnement infrarouge terrestre (36% de 174.000 TW = 62.640 TW).
À ces 62.640 TW il faut ajouter :
— la chaleur générée par la radioactivité interne (c’est une puissance de 44 TW) et par les frictions des marées (3 TW)
— la puissance injectée par l’utilisation des combustibles fossiles et de la fission radioactive : elle représente environ 15 TW
Ces puissance sont négligeables face aux 62.640 TW dus au rayonnement infrarouge émis par la surface terrestre

Le rayonnement infrarouge terrestre est absorbé par les gaz qui composent l’atmosphère proportionnellement à leurs opacités dans les longueurs d’onde correspondantes : on observant les spectres d’absorption ci-dessus, on peut évaluer à environ 90% l’absorption par la vapeur d’eau et à environ 10% l’absorption par le CO2, ce qui représente 6.000 TW.

On voit donc que la puissance introduite par le rayonnement solaire est prépondérante, 1000 fois supérieure aux autres sources de puissance : si le comportement de l’humanité n’a aucune action sur les puissances induites par le soleil, la radioactivité interne et les marées, elle intervient par contre dans la réduction des activités de photosynthèse et dans l’utilisation des énergies fossiles et nucléaires.
Finalement, à mon humble avis, l’excès de CO2 et l’augmentation des températures pourraient très bien s’expliquer par :
— la consommation d’énergies fossiles, toujours croissante, qui apporte du CO2, de la pollution et de l’énergie (donc de la chaleur) supplémentaire à évacuer
— la poursuite de la déforestation par brulis ou incendie avec apport de pollution et réduction de la capacité de la planète à absorber du CO2 pour la croissance végétale, ce qui constitue une diminution du stockage de l’énergie solaire en énergie chimique dans les molécules végétales.

Mais, on vient de le voir, le supplément de chaleur apporté par les activités humaines est de l’ordre de la dizaine de TW face aux 100.000 TW du rayonnement solaire, donc totalement négligeable, et l’augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère ne modifie pas l’absorption du rayonnement solaire ou infrarouge : il reste l’aspect "pollution" à explorer ...


Pour participer à l'activité de ce forum en échangeant des messages, il faut préalablement vous inscrire en utilisant le formulaire en bas de la page d'accueil.
Merci de vous exprimer convenablement : le webmaster du site se réserve le droit de supprimer sans préavis tout message désobligeant.

Répondre à cet article


1 - Et pourtant elle chauffe !
2 - Énergie à évacuer
3 - Effet de serre ?
4 - Le coupable idéal
5 - Fiat lux
7 - L’anomalie Pinatubo
8 - Gardons espoir

SPIP Suivre la vie du site RSS 2.0